L’Éclair d’argent

L'Eclair d'argent_Couv2.png

Éditions De Borée - 2021

Lors de la Commune de Paris, Julien assiste impuissant à la mort de son frère, tué par un soldat de l’armée versaillaise. Injustement condamné au bagne, il est de retour quelques années plus tard et jure de se venger. La trace du meurtrier de son frère va le mener dans une cité auvergnate où l’on exploite le plomb argentifère.

Dans le même temps, Annabella Wright, une Anglaise échappant à un douloureux passé, arrive dans cette même cité. Sous prétexte de se recueillir sur la tombe de son père, un ingénieur tragiquement décédé quand elle était enfant, elle cherche à élucider les circonstances mystérieuses qui lui ont coûté la vie.

Alors que les chemins des deux jeunes gens vont se croiser, leur quête respective de la vérité les rapprochera-t-elle ?

Premier prix "La Plume et la Lettre" 2021
Salon du livre Chasseneuil-sur-Bonnieure
prix.png
Le 17 juin 2021,
attribution de la médaille de la Citoyenneté d'honneur de la commune de Pontgibaud
site.png
L'avis des lecteurs

"Ce livre porte haut les couleurs du roman de terroir, dans toute la noblesse du terme. 

Le récit est jalonné de détails sur ces mines dont j'ignorais l'existence. C'est vraiment passionnant et je me suis alors souvenue des romans de Michel Peyramaure et de Jean Anglade… Pour sûr, comme on dit chez moi, cet été je file à Pontgibaud sur les traces de Julien !"

creuse23,23/03/2021, sur Babelio 

 

 "Encore un très bon roman !!

Encore un magnifique roman de Véronique Chauvy ! Des personnages touchants, des explications enrichissantes sur l'extraction du plomb argentifère à Pontgibaud en Auvergne et une histoire digne des meilleurs polars... L'écriture est fluide, le vocabulaire riche.
Je recommande vivement ce roman qui fait tellement de bien en cette période anxiogène ! Et j'ai hâte de lire le prochain !"

phoebe63, 8 avril 2021, sur Amazon

"Une vraie réussite, qui ravira les amateurs de romans historiques et ne devrait pas manquer de convertir les réticents à ce genre.

Véronique Chauvy sait avec adresse nous amener là où elle le souhaite : dans une prise de conscience que la naissance de notre démocratie et les droits des femmes sont nés dans la douleur et dans les soubresauts d'une société qui ne voulait surtout pas changer, dans un éclair d'argent qui peut nous consumer ou illuminer la voie."

Céline Saint-Charle, 28/04/2021, sur Phenix Web

Quelle est donc cette cheminée qui apparaît au détour de la route départementale reliant Clermont-Ferrand à Limoges ?

C’est le vestige de l’un des plus grands centres français d’extraction du plomb argentifère au XIXe, situé à Pontgibaud dans le Puy-de-Dôme.

Aujourd’hui, la nature a envahi et détruit inexorablement les installations… mais en mars 2021, « L’Éclair d’argent » va faire revivre la Compagnie des Mines et Fonderies de Pontgibaud !

1.jpg
4.JPG
3.JPG

Welcome to Pontgibaud in Auvergne !

En 1853, une compagnie anglaise investit dans la Compagnie des mines de Pontgibaud. Des ingénieurs et des mineurs venus des Cornouailles vont s’installer avec leurs familles en Auvergne !

Pontgibaud deviendra leur nouvelle terre… jusqu’à la mort : dans le cimetière communal, un « carré des Anglais » est dédié à leurs défunts.

1.JPG
IMG_5346.JPG

Pontgibaud, c’est aussi le château Dauphin, du nom (ou plutôt de son second prénom) de son bâtisseur le comte Robert Dauphin Ier. 

À partir du XVIIIe siècle, le château devient propriété des comtes de Moré de Pontgibaud, lesquels relancent l’exploitation des mines de plomb argentifère découvertes dès l’époque gallo-romaine.  

Un musée de la mine d’argent est installé dans les dépendances

IMG_5351.JPG

L'emblème des mines

IMG_5672a.jpg

La massette et la pointerolle